Ames soeurs, mythes ou réalité ?

« dans la plante, l’intelligence sommeille ; dans l’animal, elle rêve ; dans l’homme seulement, elle s’éveille, se connaît, se possède et devient consciente. »»

 – Le problème de l’Être et de la destinée, Léon DENIS

Pour aborder cette question, il faut revenir à l’origine des choses, à l’origine de notre existence en tant qu’Esprit. Dans Le Livre des Esprits d’Allan Kardec, nous apprenons à la question 23 que l’esprit est par la volonté de Dieu formé du principe intelligent de l’univers individualisé.

Aussi, nous retiendrons que les Esprits sont créés tous simples et ignorants – en d’autres termes, égaux, après que leur constituante, le principe intelligent, soit passée par les différents règnes terrestres au cours de longues périodes de temps.

Le concept d’âme sœur n’est pas récent. Dans l’Antiquité grecque, Platon, dans Le Banquet, évoquait une théorie selon laquelle les êtres humains étaient à l’origine constitués d’une tête pourvue d’un visage devant et d’un autre derrière, de quatre bras et de quatre jambes. Leur puissance et leur arrogance grandissant, Zeus les scinda en deux, créant à partir d’un être double deux personnes distinctes. Dès lors, ces deux personnes n’eurent de cesse de se retrouver pour s’unir. Ainsi naissaient les âmes sœurs.

Si aujourd’hui cette histoire n’est connue que de rares personnes, la théorie des âmes sœurs est quant à elle, grandement répandue dans notre société moderne. C’est le symbole de l’amour absolu, de la symbiose parfaite entre deux êtres créés l’un pour l’autre.

Mais qu’en dit le Spiritisme ? Pour aborder cette question, il faut revenir à l’origine des choses, à l’origine de notre existence en tant qu’Esprit. Dans Le Livre des Esprits d’Allan Kardec, nous apprenons à la question 23 que l’esprit est par la volonté de Dieu formé du principe intelligent de l’univers individualisé.

Dans Le problème de l’être et de la destinée, Léon Denis nous dit que cette intelligence passe par les différents règnes : « dans la plante, l’intelligence sommeille ; dans l’animal, elle rêve ; dans l’homme seulement, elle s’éveille, se connaît, se possède et devient consciente. »

Nous, Esprits immortels, sommes le fruit de l’individualisation du principe intelligent passé par les différents règnes de la planète. Et à l’entrée dans le règne de l’homme, nous sommes tous dans la même situation : individuels, simples et ignorants. Jusque-là donc, il n’est pas question d’êtres créés les uns pour les autres.

À compter de ce moment, que se produit-il ? L’Esprit, à travers la multiplicité des incarnations va acquérir des expériences se formant peu à peu par le tâtonnement dans l’application des leçons reçues. Au cours de ces expériences, l’Esprit noue des liens avec d’autres, de ce côté-ci de la vie ou bien de l’autre.

Ces liens sont de différentes natures et dépendent des interactions qui ont lieu entre l’Esprit et les autres. Ainsi, en cas de mauvais actes, ils seront de nature antagonique et inamicale. Mais lorsque ces liens se font sur la base de sentiments nobles, ils conduisent à l’amitié et, dans certains cas, à l’amour.

D’une manière générale, nous nous réunissons selon nos affinités, en bien comme en mal. Lorsque l’amour préside à ces affinités, il y a alors un fort attachement entre les personnes qui peut les conduire à se réincarner à plusieurs reprises l’une avec l’autre. Il peut alors en naître cette impression instinctive qu’il existe un être qui nous est destiné, notre autre moitié.

Mais à l’origine, ces personnes ont-elles été réellement créées l’une pour l’autre ? C’est cette même question qui est posée aux Esprits dans Le Livre des Esprits. Il s’agit de la question 298 que nous reproduisons ci-après, avec sa réponse : 298 – Les âmes qui doivent s’unir sont-elles prédestinées à cette union dès leur origine, et chacun de nous a-t-il quelque part dans l’univers sa moitié à laquelle il sera un jour fatalement réuni ? Réponse – « Non ; il n’existe pas d’union particulière et fatale entre deux âmes. L’union existe entre tous les Esprits, mais à des degrés différents selon le rang qu’ils occupent, c’est-à-dire selon la perfection qu’ils ont acquise : plus ils sont parfaits, plus ils sont unis. De la discorde naissent tous les maux des humains ; de la concorde résulte le bonheur complet. »

Il est donc clairement dit ici que cette notion d’âme sœur n’existe pas de manière objective et qu’il s’agit d’une métaphore illustrant une parfaite concordance des penchants, des instincts entre deux êtres (Le Livre des Esprits, Allan Kardec, question 301).

Il est cependant à noter que dans le livre Le Consolateur, psychographié par Francisco Cândido Xavier avec l’Esprit Emmanuel, des informations contraires sont consignées. À la question 323, il est demandé à l’Esprit Emmanuel si la théorie des âmes sœurs est vraie, ce à quoi il répond par l’affirmative en développant ses explications.

Attendu que ces propos allaient à l’encontre de ce qu’Allan Kardec avait compilé comme information dans son œuvre, la Fédération Spirite Brésilienne (FEB) a demandé des éclaircissements à Emmanuel. Si ce dernier demande dans sa réponse, que le texte original ne soit pas modifié, il dit comprendre le point de vue de la FEB, précisant que son idée avait été altérée lors de sa transmission, par le filtre médiumnique du médium lui-même, induisant une mauvaise interprétation de sa pensée. Il l’explicite, cependant, en précisant que les unions ici-bas sont guidées par des sentiments d’amour plus profonds que ceux existant au plan humain, qui se modifient sur le chemin de l’évolution.

Si, dans un souci d’impartialité, nous devions également aborder cet aspect de la question, nous conserverions la ligne directrice découlant des enseignements émanant des Esprits supérieurs compilés par Kardec, sans que cela nuise au profond respect et à la grande reconnaissance que nous avons envers Chico Xavier et son guide Emmanuel.

Aussi, nous retiendrons que les Esprits sont créés tous simples et ignorants – en d’autres termes, égaux, après que leur constituante, le principe intelligent, soit passée par les différents règnes terrestres au cours de longues périodes de temps. Nous retiendrons qu’au travers de ses expériences, l’Esprit tisse des liens avec d’autres Esprits et qu’au fil du temps et des incarnations, des affinités se créent. De ces affinités naissent des affections. Et lorsque ces liens se conjuguent en une similarité d’évolution, il y a un lien tout particulier entre Esprits, ce qui peut conduire à imaginer que telle ou telle personne est notre âme sœur quand il s’agit de liens d’amour plus profonds que ceux que nous connaissons sur terre.

Auteur : Pierre-Etienne JAY

Étude parue dans Vignes de Lumière n°7, Mars 2015

L’intégralité de ce texte et de ces images sont la propriété exclusive de l’auteur, du propriétaire de ce site web, ainsi que de l’Union Spirite Française et Francophone. Toute copie, ou reproduction même partielle est interdite dans l’autorisation écrite des administrateurs de ce site.

© USFF, 2019

X