Pierre-Etienne Jay

A un moment donné, il fut mis en évidence que j’avais une médiumnité incontrôlée qui faisait le jeu de ces Esprits qui me poursuivaient et donc, on me fit entrer dans un groupe de développement et éducation de la médiumnité,

L’amour inconditionnel que Dieu nous porte et qui se manifeste de mille et une manières, comme par exemple par l’intervention de ses émissaires dans le soulagement des souffrances. Cette certitude est un véritable fortifiant pour la foi.

Je m’étais tellement investi dans le mouvement spirite que celui-ci avait, dans mon cœur, pris le pas sur la doctrine, la philosophie. Mon engagement m’avait fait perdre de vue certaines réalités que cette réflexion m’a permis de rétablir.

Bonjour Pierre-Etienne, tout d’abord merci d’avoir accepté cet interview inaugurant notre nouvelle revue. Beaucoup de gens te connaissent déjà, mais peux-tu nous dire comment tu es venu au Spiritisme ?

J’ai eu en main Le Livre des Esprits vers l’âge de 17 ou 18 ans. Je l’avais commandé dans un programme TV. Mais je pris à peine la peine de l’ouvrir et le retournai à l’éditeur en me disant que j’avais bien failli me faire avoir ! Poser des questions aux morts et ils nos répondent ? Il fallait être bien naïf pour donner du crédit à cela, pensai-je alors. C’est environ 5 ou 6 and plus tard que j’y suis revenu. Mais là, c’était une question d’ordre vital. Des choses se passaient dans ma vie depuis de longues années des choses qui, pour les uns, relevaient du diable, pour d’autres de la folie. Mais un médium – qui n’était pas spirite mais plein de bonne volonté et d’amour – de la région Grenobloise dont j’ai fait la connaissance m’éclaira quelque peu sur le sujet. A la question « alors c’est bien si je lis Allan Kardec ? » elle me dit que oui, mais de faire malgré tout attention car ce n’était pas sans danger…

Un Livre des Esprits et un Livre des Médiums plus tard, je me retrouvais au Brésil afin de retrouver celle qui deviendrait mon épouse et mon soutien de toujours.

Très vite, elle me conduisit dans un centre spirite de la capital afin d’y être orienté, car de grandes zones d’ombres perduraient. Verdict : obsession spirituelle. Tout cela ne me parlait pas tellement et c’est avec une certaine crainte que j’ai commencé à suivre un travail de désobsession qui devait durer quelques semaines… et qui dura des mois. A un moment donné, il fut mis en évidence que j’avais une médiumnité incontrôlée qui faisait le jeu de ces Esprits qui me poursuivaient et donc, on me fit entrer dans un groupe de développement et éducation de la médiumnité, et c’est à partir de ce moment-là que les choses commencèrent à se calmer.

Depuis cette époque, j’ai cherché à me rendre utile au sein de la mouvance spirite, me sentant redevable de tout ce qu’elle m’avait apportée. C’est ainsi que je me suis rapproché de la Fédération Spirite Brésilienne pour laquelle j’ai commencé à traduire des ouvrages en français.

Quels ont été pour toi les faits les plus marquants depuis que tu as embrassé la cause spirite ?

L’amour inconditionnel que Dieu nous porte et qui se manifeste de mille et une manières, comme par exemple par l’intervention de ses émissaires dans le soulagement des souffrances. Cette certitude est un véritable fortifiant pour la foi.

Tu as réalisé un grand nombre de traductions depuis les années passées, quel est l’ouvrage qui te laisse le meilleur souvenir de travail ?

Il en a trois en réalité, chacun pour une raison très précise. Tout d’abord, Libération, psychographie de Chico Xavier avec l’Esprit André Luiz, qui nous montre justement cet amour inconditionnel dont nous sommes encore tellement éloignés ; Bonne Nouvelle, qui n’est pas encore disponible sur le marché, qui relate des passages de la vie du Christ, comme si nous y étions. Je n’ai jamais senti la présence du Seigneur avec autant de force qu’à travers ce livre ; Rencontre Prédestinée, le petit dernier, qui est en cours de révision, qui apporte des messages d’une sagesse infinie, désarmant toutes les situations de crises que nous pourrions être amenés à vivre. Ces deux derniers sont aussi de Chico, mais avec l’Esprit Emmanuel.

Quelle est ta vision sur la manière idéale de vivre le Spiritisme ?

Il s’est un jour produit une chose surprenante : le Spiritisme ne m’apportait plus cet aliment qui m’avait tiré de mes soucis passés. Il y avait comme un vide. J’ai alors entamé une réflexion qui m’a conduit à cette constatation : je m’étais tellement investi dans le mouvement spirite que celui-ci avait, dans mon cœur, pris le pas sur la doctrine, la philosophie. Mon engagement m’avait fait perdre de vue certaines réalités que cette réflexion m’a permis de rétablir. Alors, la meilleure manière de vivre sa foi ? Eh bien de la conserver vive et sincère au plus profond de notre être et de la vivre, mettant en application ce qu’elle nous enseigne… mais je suis encore loin d’y parvenir aussi souvent que je le souhaiterais,  et la route est longue.

Y a-t-il un conseil que tu souhaiterais donner à des personnes qui découvrent le Spiritisme ?

Étude, simplicité, sincérité.

Quels sont tes projets futurs ?

D’ici quelques mois, nous quitterons la France, pour ne pas aller trop loin, en Bulgarie. Je vais continuer à être actif à distance et à fournir, autant que faire se peut, ma collaboration. Mais dans l’absolu, je m’en remets à Dieu car Lui sait.

Merci Pierre-Etienne d’avoir répondu à ces questions, y a-t-il un message que tu souhaiterais faire passer à nos frères et sœurs des centres ?

Le CSF demeure, encore à ce jour, une entité quelque peu floue pour la plupart des personnes dont les centres y adhèrent. J’aimerais donc encourager les personnes qui s’en sentent l’envie, le courage et la volonté, de venir vers nous afin de collaborer aux nombreux travaux qui requièrent de nombreux bras. Pour le moment, le travail repose sur bien peu de personnes, occupant une quantité non négligeable de leur temps, mais si le nombre des collaborateurs venait à se multiplier, ce temps s’en trouverait divisé d’autant. Prêter un peu de votre concours, c’est aussi contribuer à faire connaître cette croyance qui est entrée dans votre vie et lui a donné une nouvelle direction.

 

Propos recueillis pour Vignes de Lumière n°1, Mars 2014

L’intégralité de ce texte et de ces images sont la propriété exclusive de l’auteur, du propriétaire de ce site web, ainsi que de l’Union Spirite Française et Francophone. Toute copie, ou reproduction même partielle est interdite dans l’autorisation écrite des administrateurs de ce site.

© USFF, 2019

X